Traitement ostéoporose

Écrit par les experts Ooreka

L'ostéoporose est essentiellement abordée préventivement par une alimentation adaptée et une hygiène de vie correcte. En revanche, lorsque la pathologie est déjà installée, différents traitements médicamenteux, chirurgicaux ou naturels existent et peuvent être mis en place.

Prévention

L'ostéoporose est une pathologie qui doit être considérée préventivement avant de procéder à un ajustement alimentaire et à un traitement médicamenteux.

Il est donc essentiel d'avoir :

  • une alimentation correcte, c'est-à-dire suffisamment riche en calcium et en protéines (juste ce qu'il faut) ;
  • une bonne hygiène de vie en faisant de l'exercice (pour renforcer les os) et prenant régulièrement le soleil (pour la vitamine D).

Il faudra également faire en sorte de limiter autant que faire se peut tous les facteurs de risque (tabac, alcool, etc.), ce qui constitue en soi une véritable prévention de l'ostéoporose.

Enfin, faire en sorte d'éviter les chutes et les chocs est essentiel dans la mesure où les principales complications de l'ostéoporose sont les fractures spontanées.

Médicaments pour lutter contre l'ostéoporose

Une fois la maladie installée, il existe des médicaments pour lutter contre l'ostéoporose, mais ceux-ci doivent nécessairement s'accompagner d'un régime alimentaire adapté. Le traitement dépend essentiellement de la cause de l'ostéoporose.

Le traitement de l'ostéoporose sera mis en place si l'ostéodensitométrie donne un score T inférieur ou égal à -2,5 et que plusieurs autres facteurs de risque de fractures existent (ou si le score T est inférieur ou égal à -3). Dans ce cas, le traitement sera instauré pour au moins 4 ans et dépendra de la localisation de la baisse de densité osseuse et du sexe de la personne. Un nouvel examen de densité osseuse est effectué à l'issu de cette période pour réévaluer le risque de fracture et éventuellement poursuivre le traitement.

Si une fracture fait évoquer l'ostéoporose, un autre traitement sera envisagé, lui aussi pour au moins 4 ans et avec une évaluation à effectuer à l'issu de cette période.

Si la personne est sous traitement corticoïde, un traitement par bisphosphonates sera prescrit.

Les femmes qui sont ménopausées se voient presque systématiquement proposer un traitement hormonal substitutif qui pourrait jouer sur la densité minérale osseuse, mais qui n'est pas dénué d'effets secondaires par ailleurs (risque de cancer et risques cardiovasculaires accrus).

Chirurgie en cas de fracture ostéoporotique

Certaines fractures vertébrales ostéoporotiques entraînent d'importantes douleurs qui persistent dans le temps. Or, le repos et les antalgiques sont parfois mal tolérés par les personnes âgées en raison de leurs nombreux effets indésirables.

C'est dans ce contexte qu'il est parfois proposé d'avoir recours à une vertébroplastie. Elle est habituellement proposée chez des patients dont la douleur dure depuis plus de 12 mois, mais c'est en réalité lorsqu'elle est pratiquée dans les 6 premières semaines qui suivent la fracture qu'elle se révèle être la plus intéressante.

En effet, lorsqu'elle est réalisée dans les deux mois, la vertébroplastie permet de soulager les douleurs chez près de 45 % des patients dans les deux semaines qui suivent. De plus, le bénéfice de l'intervention se maintient au moins jusqu'à 6 mois.

À noter : la vertébroplastie semble particulièrement efficace chez les patients souffrant de fracture du segment dorso-lombaire (D11-L2).

Autres approches naturelles

Il est également possible d'aborder de façon plus naturelle l'ostéoporose.

Naturopathie

Le traitement de l'ostéoporose en naturopathie visera essentiellement à redonner un bon équilibre acido-basique à l'organisme.

Cela passe par certains régimes alimentaires tels que le régime crétois, assez différent de nos habitudes occidentales (alimentation particulièrement acidifiante).

La supplémentation en calcium en utilisant quelques recettes simples et en privilégiant un certain nombre d'aliments qui en possèdent naturellement en quantité fait également partie des solutions que proposent les naturopathes.

Enfin, de nombreux compléments alimentaires existent pour apporter les différents minéraux et vitamines qui favorisent la fixation du calcium sur l'os.

Homéopathie

Il est possible, grâce à l'homéopathie, de procéder à un traitement de terrain afin de ralentir la survenue de l'ostéoporose.

On peut également soulager l'ostéoporose lorsque celle-ci est déjà installée.

Phytothérapie

Plusieurs préparations à base de plantes existent pour favoriser la reminéralisation et lutter contre l'ostéoporose.

Par ailleurs, certains des compléments alimentaires évoqués dans le cadre de l'approche naturopathique se retrouvent dans certains végétaux qu'il est intéressant de mentionner.

Biodécodage des maladies

L'approche psychobiologique est également intéressante puisqu'elle permet d'avoir un autre regard sur la maladie.

En biodécodage des maladies, on considère que l'ostéoporose découle d'une situation conflictuelle en rapport avec une profonde dévalorisation.

En comprenant l'origine de la pathologie et en se faisant aider par un thérapeute qualifié, on peut remonter à l'origine de ce problème et le solutionner.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
LM
laurence maron

coach de vie, couple, celibat valence 26 drome ard | gaillard maron eirl coach amour look drome ardeche

Expert

erick dietrich

docteur en médecine, sexologue, psychothérapeute | centre de formation en thérapies et coaching

Expert

vanessa méril-mamert

nutritionniste, créatrice culinaire | wellness nutrition

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits



Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !