Ménopause et ostéoporose

Écrit par les experts Ooreka

La ménopause est un processus physiologique qui s'installe le plus souvent à l'âge de la cinquantaine chez la femme et qui se traduit entre autres par l'arrêt des cycles menstruels.

Cet arrêt traduit un épuisement du capital de follicules ovariens lié à une baisse du taux des hormones ovariennes (progestérone et œstrogènes).

Lien entre hormones et os

La ménopause est un bouleversement hormonal qui survient chez les femmes ayant entre 50 et 65 ans et qui favorise la déminéralisation osseuse. C'est ce qui explique en partie que les femmes y soient plus sujettes que les hommes (six fois plus).

  • En effet, les hormones que sont l'œstrogène et la testostérone jouent un rôle positif dans la construction de la charpente osseuse. Elles vont intervenir sur les ostéoclastes en limitant leur action destructrice.
  • Ainsi, les œstrogènes produits par les ovaires sont essentiels et lorsque leur production faiblit, la résorption osseuse s'accentue. C'est ce qui se passe lorsque le cycle menstruel se met en place tardivement ou que la ménopause s'installe.

On retrouve ce même déficit hormonal en cas d'anorexie mentale qui entraîne une disparition des règles (aménorrhée). Les épisodes d'anorexie font donc partie des antécédents médicaux importants à mentionner et qui peuvent contribuer à orienter le médecin vers le diagnostic d'ostéoporose.

Au moment de la ménopause

Avec la ménopause, les œstrogènes cessent d'être produits ce qui entraîne une augmentation de la perte osseuse (qui s'effectuait jusque-là de façon physiologique, ostéopénie). Celle-ci peut être brutale, jusqu'à 30 % de la charge osseuse calcique pouvant disparaître, en une dizaine d'années.

  • À l'inverse, chez l'homme, il n'y a pas de pic de la perte osseuse comme chez la femme excepté en cas d'andropause (entre 50 et 70 ans).
  • Par la suite, la diminution du capital osseux chez la femme va se stabiliser et se poursuivre de façon progressive à raison d'environ 1 % par an après 60 ans.
  • En fin de compte, on estime que les femmes perdent près de 40 % de leur capital osseux entre la 20e et la 80e année contre 27 % seulement chez les hommes.
  • Chez l'homme comme chez la femme, ce sont les fractures spontanées qui font suspecter l'ostéoporose.
    • On estime d'ailleurs que les risques de fractures dues à l'ostéoporose chez les hommes sont identiques à ceux encourus par des femmes de cinq ans plus jeunes.
    • Ainsi, un homme de 85 ans présenterait autant de risque de fracture qu'une femme âgée de 80 ans.

Controverse sur la ménopause et l'ostéoporose

Si ces différentes données sont les plus communément admises, il convient de les relativiser à la lumière d'études très intéressantes.

  • Celles-ci mettent en avant le fait que si une perte osseuse est inévitable, liée au vieillissement, l'ostéoporose est loin d'être une fatalité à partir de la ménopause.
  • En effet, la relation entre la ménopause et l'ostéoporose n'est pas aussi évidente qu'il n'y paraît. Il est fort probable que la baisse de la densité osseuse débute plusieurs années avant la ménopause sous l'influence d'autres facteurs que la baisse hormonale (activité physique réduite, en particulier).
  • Inversement, il se peut qu'aucune perte osseuse particulière ne soit manifeste jusqu'à l'âge de 80 ans ou encore que la perte soit graduelle sans qu'aucune accélération n'ait lieu.

Ainsi, la ménopause n'est pas irrémédiablement liée à une importante diminution osseuse débouchant immanquablement sur une ostéoporose.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
SD
safia djoumi

aromathérapeute holistique et coach en nutrition

Expert

salim djelouat

pr. en analyses médicales et bioclinicien

Expert

agnès durand

alimenthérapie | https://vivelavie.jimdo.com

Nouvel expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits



Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !