Sommaire

L'ostéolyse est la destruction du tissu osseux. C'est un phénomène physiologique, cependant elle peut être anormale car non compensée.

Le point dans notre article.

Ostéolyse et construction osseuse

L'os est une structure vivante en remaniement perpétuel. Il se compose de cellules osseuses (les ostéoblastes, les ostéoclastes, les ostéocytes et les cellules bordantes) ainsi que d'une matrice osseuse.

Les activités de destruction et de construction  osseuse sont normalement équilibrées.

Cependant, lors d'une agression, l'équilibre qui existe entre l'activité des ostéoblastes et celle des ostéoclastes est rompu. L'os tente de réagir en activant ses ostéoblastes et ses ostéoclastes.Cette rupture est alors à l'origine d'une ostéolyse (par les ostéoclastes), d'une ostéocondensation (par les ostéoblastes) ou des deux à la fois.

Trois types d'ostéolyse existent :

  • l'ostéolyse géographique ;
  • l'ostéolyse mitée ;
  • l'ostéolyse perméative ou ponctuée.

Ces différents types peuvent être les conséquences de processus malins, bénins ou infectieux.

Lire l'article Ooreka

Diagnostic d'une ostéolyse

Il est fait à l'aide de divers examens radiologiques comme l'IRM (Imagerie par Résonnance Magnétique), la TDM (Tomodensitométrie = scanner) ou la scintigraphie osseuse.

Les biopsies permettent d'établir la nature de la lésion.

Ostéolyse : différentes formes

Ostéolyse maligne

Il s'agit d'une affection liée à une prolifération maligne de cellules plasmocytaires (type de globules blancs) qui entraînent des lésions osseuses. Ces dernières peuvent se présenter sous forme de fracture.

Une ostéolyse pathologique intense se rencontre en cas de myélome multiple ou de métastases osseuses. Elle entraîne la libération massive de calcium dans le sang ; cette hypercalcémie engage le pronostic vital et nécessite une hospitalisation en urgence.

Le traitement variera selon l'âge de la personne. Chimiothérapie, autogreffe, radiothérapie, traitement chirurgical, radiologie interventionnel telle la vertébroplastie ou exérèse de la tumeur osseuse par chauffage sont proposés.

Acro-ostéolyse

Elle se définit comme une destruction osseuse des extrémités. Elle affecte les os de la main et du pied et débute par leur partie distale, c'est-à-dire par une atteinte des phalanges des doigts et des orteils. Elle se traduit par un raccourcissement progressif des doigts et des orteils. Son évolution est variable mais peut aboutir à la destruction complète des phalanges, voire des métacarpiens et des métatarsiens.

On distingue deux groupes d'acro-ostéolyse :

Les acro-ostéolyses acquises qui sont de loin les plus fréquemment rencontrées :

  • On peut les rencontrer dans le syndrome de Raynaud (trouble de la circulation), la sclérodermie (maladie auto-immune), la polyarthrite rhumatoïde (maladie inflammatoire auto-immune), les parathyroïdies.
  • Elles peuvent être secondaires à une exposition prolongée au chlorure de vinyle.
  • Elles peuvent aussi résulter d'un stress répétitif exercé au bout des doigts : on les rencontre ainsi chez certains guitaristes.

Les acro-ostéolyses primitives sont plus rarissimes :

  • Le syndrome d'Hajdu-Cheney, pathologie héréditaire, apparaît chez les patients vers l'âge de 20-30 ans, voire dès l'enfance. Ils se caractérisent par une petite taille, une hyperlaxité articulaire, des anomalies crâniennes. Ils souffrent souvent de céphalées et de déficits auditifs et /ou oculomoteurs. Le traitement est à base de calcium, vitamine D et biphosphonate.
  • La maladie de Gorham, maladie orpheline, très rare, avec ostéolyse entraîne la disparition de l'os qui peut être remplacé par un tissu angiomateux (fait de vaisseaux sanguins et lymphatiques).

Ostéolyse péri-prothétique

Les prothèses de hanche ou totale de genou remplacent l'articulation atteinte, chez les patients arthrosiques, afin que ces derniers puissent retrouver leur mobilité.

Sur le long terme, l'usure des surfaces de contact entre la prothèse et l'os entraîne la formation et l'accumulation de débris pouvant alors déclencher une réaction d'ostéolyse autour de l'implant. La prothèse devient instable et nécessite alors une reprise chirurgicale.

Ostéolyse claviculaire

Il s'agit d'une pathologie du sportif jeune mais elle s'observe aussi chez les 40-50 ans qui pratiquent régulièrement la musculation ou des sports de contact.

Le traitement est chirurgical (technique de Mumford).

Maladie de Paget

Maladie osseuse bénigne, la maladie de Paget constituait historiquement la seconde pathologie métabolique osseuse derrière l’ostéoporose. Désormais, cette maladie se raréfie, et on observe une diminution des cas depuis quelques décennies. En 2018, ce chiffre serait de 0,1 à 0,2 % parmi la population générale française.

La maladie de Paget se caractérise par un remodelage osseux intense au niveau du crâne, du bassin, des vertèbres, fémurs et tibias principalement. Dans de rares cas, elle peut se manifester par une forme ostéolytique.

On constate néanmoins qu'en plus de leur nombre, la sévérité des cas serait également moins importante aujourd’hui qu’historiquement avec une moindre fréquence des fractures, des déformations osseuses et de la surdité, et un nombre moindre d’os atteints.

Le traitement est à base de bisphosphonates.

Ostéoporose

Maladie définie par une densité osseuse basse, elle peut se classer dans les ostéolyses puisqu'elle est la résultante de l'activité prédominante des ostéoclastes.